Pourquoi je ne payerai pas pour Tinder Plus

J’utilise l’application Tinder depuis maintenant quasi un an et honnêtement, mon coeur balance. Au début, on s’emballe. Le téléphone sonne sans cesse pour notifier deTinder-Moments nouveaux matchs. Or, on déchante assez vite quand on comprend que la majorité des matchs resteront complètement muets et ne mèneront nulle part. C’est en discutant avec des amis que j’ai réalisé que je ne suis pas le seul à faire l’expérience de ce mutisme et que c’est même un phénomène assez répandu dans l’application. Tu likes mon profil, je like ton profil, c’est un match! J’attends que tu me dises bonjour, ça n’arrive pas. Je te dis bonjour, aucune réponse. Si vous utilisez Tinder, vous savez de quoi je parle.

Ma Tindexpérience

Pour illustrer mon propos, j’ai mené une expérience au cours des derniers jours. J’ai créé un faux profil sous le nom de Stéphane, y ai ajouté 4 de mes photos ainsi qu’une courte description: « Open to suggestions. Ouvert aux propositions. » Mon profil était ouvert aux hommes et aux femmes dans un rayon de 160 km, le maximum permis par Tinder. J’ai liké TOUS les profils pendant 24 h. Je n’ai écrit à personne et répondu à aucun message. J’ai gardé mon compte actif pendant 48 h. Résultats:

  • 345 matches dont 45 femmes
  • 56 personnes m’ont envoyé un message, dont 4 femmes.

TinderPlus-RewindDonc, 13 % des matchs m’ont écrit. 13 %! Avec un taux de réussite aussi bas, il est légitime de se demander si les utilisateurs seront prêts à payer pour la nouvelle version du service qui vient d’arriver. Pour 22,95 $/mois (rien de moins!), vous pouvez désormais choisir dans quelle ville vous souhaitez rencontrer et annulez votre dernière action (par exemple, si vous avez « liké » une personne par erreur). C’est assez cher payé pour deux fonctionnalités accessoires. CONSEIL: plutôt que de « liker » compulsivement, prenez le temps de lire les profils et regarder les photos et posez-vous la question: ai-je envie de parler à cette personne? Ça vous fera économiser. 😉

Même app, mais pas même combat

Le deuxième truc majeur qui cloche sur Tinder: personne n’y cherche la même chose. Tinder se définit comme une application pour connecter les gens. Bien. Mais que cherchent-ils, ces gens? En parlant avec des utilisateurs autour de moi, deux tendances semblent se dessiner, avec 50 nuances de gris entre. Certains y sont pour trouver un partenaire sexuel, d’autres pour quelque chose de sérieux. Grindr, par opposition, s’est imposé dans le milieu gay comme une app pour faire des rencontres à caractère plutôt sexuel. C’est connu. Si ce n’est pas ce que vous cherchez, vous n’y allez tout simplement pas. Tinder gagnerait-il à se définir davantage? Probablement. Pour l’instant, cette dichotomie est un terreau extrêmement fertile pour des frustrations de toutes parts et des messages qui restent muets.

Bien que décevante, Tinder est une application pas mal addictive. Pourquoi? Je n’ai pas la réponse. Personnellement, Tinder n’a facilité aucune rencontre contrairement à ses  compétitrices. Et je doute fort que son couteux service « Plus » arrange les choses. Ils devront d’abord trouver des abonnés, ce qui risque d’être une tâche assez difficile. En tout cas, moi, je « glisse à gauche » sur Tinder Plus: NON!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s